Archaeopteryx (Archéoptéryx)

Archaeopteryx pouvait voler et avait des plumes noires. Les analyses d’une plume fossile d’Archaeopteryx laissent penser que le petit dinosaure possédait des plumes noires et qu’il pouvait bel et bien voler, contrairement aux conclusions de travaux scientifiques publiés depuis quelques années.

Des recherches laissaient penser qu’Archaeopteryx n’était en réalité qu’un banal dinosaure terrestre à plumes, comme il en existait beaucoup au Jurassique, il y a de 145 à 200 millions d’années.

Dans un article publié dans la revue Nature Communications, le Pr Ryan Carney et ses collègues de l’Université Brown dans l’État de Rhode Island aux USA expliquent qu’ils ont procédé à une nouvelle étude d’une plume fossile du premier spécimen d’Archaeopteryx découvert en Bavière (Allemagne) en 1861.

Archaeopteryx (Archéoptéryx).

Les scientifiques ont réussi à isoler les structures des cellules renfermant ses pigments, ce que d’autres chercheurs n’avaient pas réussi à faire avant eux.


Ces mélanosomes produisent le pigment le plus répandu dans le règne animal : la mélanine. De couleur foncée, ce pigment est présent dans les plumes de tous les oiseaux modernes, sauf les spécimens albinos, qui sont alors tout blanc.

Afin de bien s’assurer du coloris de la plume, les paléontologues a comparé les mélanosomes de l’Archaeopteryx avec ceux de 87 espèces d’oiseaux actuels, classés en quatre types de plumes : noires, grises, brunes et celles caractéristiques des pingouins.

Ce qui permet au professeur Ryan Carney d’affirmer que « Nous avons découvert que la plume était noire avec 95 % de certitude. »

Selon ce scientifique, ces mélanosomes donnent une plus grande force et une meilleure résistance aux plumes des oiseaux modernes. Ceci pourrait prouver que l’Archeopteryx était un dinosaure volant.

La couleur noir des plumes de cet animal pouvait aussi servir à réguler sa température en le protégeant du soleil, servir au camouflage ou servir au contraire de signal pour se reconnaitre entre individus de la même espèce ou pour la reproduction.

Le cerveau d’Archaeopteryx, qui vivait il y a environ 150 millions d’années au Jurassique, ne ressemblait pas plus à celui des oiseaux que d’autres espèces de dinosaures à plumes.

Le cerveau des oiseaux ressemble à celui des reptiles, mais par rapport à leur poids, les oiseaux possèdent un énorme cerveau, qui leur offre de meilleures capacités visuelles et la coordination des mouvements nécessaires au vol.

Des scientifiques menés par Amy Balanoff, du Musée américain d’histoire naturelle à New York (USA) ont publié un article dans la revue Nature en 2013, ils ont utilisé l’imagerie haute résolution pour estimer et comparer les volumes crâniens d’oiseaux d’aujourd’hui, d’Archaeopteryx et d’autres espèces de dinosaures disparus.

Archaeopteryx était un dinosaure à plumes.

Leur conclusion soutient l’idée que si Archaeopteryx avait les capacités neurologiques nécessaires pour voler, d’autres dinosaures à plumes non aviens (qui ne sont pas des oiseaux) pourraient également avoir volé.

Fossile d'Archaeopteryx.

La paléontologue Amy Balanoff explique qu’« Archaeopteryx a toujours été considéré comme une espèce unique de transition entre les dinosaures à plumes et les oiseaux modernes, un point à mi-chemin. Mais en étudiant le volume crânien de dinosaures proches parents, nous avons appris qu’Archaeopteryx n’avait pas été si spécial. »

Fossile d'Archaeopteryx (Archéoptéryx).

Les scientifiques ont ainsi montré que plusieurs dinosaures non aviens, tel que l’Oviraptor ou les Troödontidés, avaient un plus gros cerveau par rapport à la taille de leur corps qu’Archaeopteryx.

Fossile d'Archaeopteryx (Archéoptéryx).

Amy Balanoff ajout que « Si Archaeopteryx avait un cerveau qui lui permettait de voler, ce qui est presque certainement le cas compte tenu de sa morphologie, c’était aussi le cas pour au moins plusieurs autres dinosaures non aviens ».

Facebooktwitterpinterestmail