Le premier oiseau fossile avec des dents spécialisées pour une alimentation résistante

 Les variation de la forme du bec des pinsons de Darwin est un exemple classique d’adaptation évolutive, avec des becs qui varient largement dans les proportions et dans la forme, ce qui reflète la diversité des écosystàmes. Bien que les oiseaux vivants ont un bec afin de manipuler leur nourriture, leurs ancêtres les oiseaux fossiles avaient des dents. Une récente découverte de nouveaux fossiles montre quelques oiseaux avec des dents adaptées pour les régimes particuliers.

Une étude sur les dents d’une nouvelle espèce d’oiseau primitif, Sulcavis geeorum, publiée dans le Journal of Vertebrate Paleontology, suggère que cet oiseau avaient un régime alimentaire durophage, ce qui signifie que les dents de l’oiseau étaient capables de manger des proies avec des exosquelettes durs comme des insectes ou des crabes.

Sulcavis geeorum est un oiseau Enantiornithe du Crétacé inférieur (il y a 121-125 millions d’années) de la province du Liaoning, en Chine. Les oiseaux Enantiornithes sont un groupe ancien d’oiseaux et les oiseaux les plus nombreux du Mésozoïque (le temps des dinosaures). Sulcavis est la première découverte d’un oiseau à l’émail des dents ornée. Les dinosaures, à partir desquels ont évolué les oiseaux,  sont surtout caractérisée par des dents carnivores avec des caractéristiques spéciales pour manger de la viande.

Les Enantiornithines sont uniques parmi les oiseaux avec une réduction minimale de la dent et une diversité des modèles dentaires. Ce nouvelle Enantiornithes a des dents solides avec des rainures sur la surface intérieure, qui renforçait probablement les dents pour faire face à des aliments plus durs.

Aucune espèce d’oiseaux n’a conservé des crêtes, des stries, des bords dentelés, ou toute autre forme d’ornementation dentaire. « Alors que d’autres oiseaux perdaient leurs dents, les Enantiornithines évoluaient vers de nouvelles morphologies et des spécialisations dentaires. Nous ne comprenons toujours pas pourquoi les Enantiornithines ont si bien réussi au Crétacé puis disparurent, peut-être les différences dans le régime alimentaire jouèrent un rôle » dit Jingmai O’Connor, principal auteur de la nouvelle étude.

« Cette étude souligne à nouveau combien la diversité des oiseaux durant le Crétacé était inégale. Il y avait beaucoup d’Enantiornithines plus que tout autre groupe d’oiseaux, chacune avec sa propre spécialisation anatomique » affirme le coauteur de l’étude Luis Chiappe, du Natural History Museum of Los Angeles County.

O’Connor, J.K., Y. Zhang, L. M. Chiappe, Q. Meng, L. Quanguo, and L. Di. , 2013, A new enantiornithine from the Yixian formation with the first recognized avian enamel specialization. Journal of Vertebrate Paleontology , 33 (1) , 1-12.

Facebooktwitterpinterestmail