Pachycephalosaurus (Pachycephalosaure)

Le dinosaure Pachycephalosaurus donna son nom à la famille dans laquelle il est classé, les Pachycéphalosauridés, c’est le plus grand dinosaure de sa famille. Pachycephalosaurus possédait un épais dôme sur le crâne, formé par une bosse osseuse sur le crâne et bordée de petits nodules osseux. Mais quel était le rôle de ce dôme ? Les paléontologues ont proposé plusieurs hypothèses pour résoudre cette énigme.

Cette calotte servait peut-être à Pachycéphalosaurus à se protéger de l’attaque de Théropodes comme Tyrannosaurus. Mais le reste de son corps n’était pas protégé, contrairement à celui des dinosaures à armure, tels les Ankylosaures (Ankylosaure, Euoplocephalus). Selon une autre hypothèse, la calotte aurait servi aux Pachycéphalosaurus de se reconnaître entre eux. Les calottes des mâles étaient peut-être brillantes et ornées pour attirer l’attention des femelles.

Pachycephalosaurus.

Pachycephalosaurus.

Une autre hypothèse, qui est la plus retenue propose que la calotte servait lors des joutes entres mâles. Ainsi, les Pachycephalosaurus se « cognaient » en entrechoquant leurs calottes l’une contre l’autre pour conquérir des femelles ou un territoire. Mais les os de la calotte n’étant que peu résistants, les mâles ne devaient que mesurer leur force en se poussant crâne contre crâne, ou en donnant des coups de tête dans le flanc de leur adversaire.

Le dinosaure Pachycephalosaure.

Le dinosaure Pachycephalosaure.

En comparant leur mode de vie à celui d’autres animaux qui leur ressemblent, on pense que les Pachycéphalosaurus vivaient et se nourrissaient en troupeau. La calotte leur permettait de se reconnaître et de se combattre. Le vainqueur obtenait le droit de diriger le groupe, d’occuper un territoire particulier et de s’accoupler avec les femelles qu’il avait choisies. Les Ankylosaures, corpulents et cuirassés, et les Parasaurolophus, des dinosaures capables de mugir, vivaient à leurs côtés. Tous ces végétivores étaient sans doute la proie de carnassiers géants de l’époque, comme le dinosaure Albertosaurus ou le Tyrannosaurus, le fameux T rex.

Dinosaure Pachycephalosaurus.

Dinosaure Pachycephalosaurus.

Actualisation :

L’espèce type, Pachycephalosaurus wyomingensis, est la seule espèce connue. Ce dinosaure vivait pendant le Crétacé supérieur (à l’époque géologique du Maastrichtien) de ce qui est maintenant l’Amérique du Nord. Des fossiles de cet animal ont été exhumés dans le Montana, le Dakota du Sud et du Wyoming (USA). Pachycephalosaure était l’un des derniers dinosaures non-aviaires existant avant l’événement qui a provoqué l’extinction des dinosaures, à la limite des époques géologiques Crétacé-Paléogène.

Le dinosaure Pachycephalosaure est surtout connu partir d’un seul crâne et de quelques calottes du crâne, cette partie très épaisse s’est mieux fossilisée que le reste des os. Des individus fossiles bien plus complets ont été trouvés au cours des dernières années.

Pachycephalosaurus est célèbre pour avoir une grande coupole osseuse au sommet de son crâne, cette calotte crânienne à jusqu’à 25 cm d’épaisseur. Cette calotte est bordée de boutons osseux et de courtes pointes osseuses dirigées vers le haut du museau. Ces pointes devaient probablement s’émousser au cours des combats, les preuves paléontologiques ne sont pas nettes.

Fossile de crâne de Pachycephalosaurus.

Fossile de crâne de Pachycephalosaurus.

Pachycephalosaurus est le membre le plus célèbre de la famille des Pachycephalosauria, mais pas le membre le mieux connu par ses fossiles. Le clade comprend également les dinosaures Stenopelix, Wannanosaurus, Goyocephale, Stegoceras, Homalocephale, Tylocephale, Sphaerotholus et Prenocephale. Dans le groupe Pachycephalosaurini, le dinosaure Pachycephalosaurus est étroitement lié à au dinosaure Dracorex et au dinosaure Stygimoloch, il est même possible que ces dinosaures soient en fait des formes juvéniles de Pachycephalosaurus.

Les scientifiques soupçonnaient autrefois que Pachycephalosaurus avait un comportement similaire aux mouflons ou aux bœufs musqués; c’est-à-dire que les individus de sexe masculin se battaient l’un contre l’autre en se fonçant dessus tête baissée. Ils estimaient aussi que Pachycephalosaurus tenait sa tête, son cou et le corps horizontalement, afin de transmettre le maximum d’énergie durant le choc de la tête contre un autre individu. Cependant, on croit maintenant que les pachycéphalosaure ne pouvaient pas ont utilisé leurs dômes de cette façon.

Tout d’abord, la calotte du crâne n’aurait probablement pas pu résister et amortir les chocs subis par de tels combats. En outre, il n’existait pas de preuve définitive d’un tel comportement, à travers des cicatrices ou d’autres dommages retrouvés sur des crânes fossilisés de Pachycephalosaurus. Mais de récentes découvertes paléontologiques peuvent contredire cette affirmation. En outre, les vertèbres du cou forment plutôt un « S » ou un « U », avec des formes en courbe, plutôt qu’un ensemble droit, horizontal, et donc cette particularité anatomique est impropre à des chocs directs de tête par collision d’animaux fonçant l’un vers l’autre. Enfin, la forme arrondie du crâne a pour conséquence de réduire la surface de contact lors des coups de tête, entraînant plutôt des éraflures.

Il est plus probable que les pachycéphalosauridés comme Pachycephalosaurus engageaient des combats entre mâle flanc contre flanc, en combat intraspécifique. Dans ce scénario, un animal utilisait l’intimidation contre son rival. Si l’intimidation échouait, le Pachycephalosaurus penchait la tête vers le bas et sur le côté, frappant le rival sur son flanc. Cette hypothèse est étayée par la relativement grande largeur de la plupart des pachycéphalosaures, un trait anatomique qui aurait protégé les organes vitaux lors des combats. La théorie des combats par les flancs a d’abord été proposé par Sues en 1978, et a été développée par Ken Carpenter en 1997.

Pachycephalosaure.

Dinosaure Pachycephalosaure.

En 2012, une étude a montré que les pathologies crâniennes d’un spécimen de Pachycéphalosaure étaient probablement dues à un comportement agonistique. Un comportement agonistique est un comportement qui permet de résoudre un conflit avec un autre animal. Il a également été proposé que des dommages similaires constatés sur d’autres spécimens de Pachycéphalosaure étaient dû à un tel comportement.

Peterson et al. (2013) ont étudié les pathologies crâniennes chez les Pachycephalosauridae et a constaté que 22% de tous les dômes examinés avaient des lésions compatibles avec une ostéomyélite. C’est une infection de l’os résultant d’un traumatisme pénétrant, ou d’un traumatisme des tissus recouvrant le crâne, conduisant à une infection des tissus osseux. Ce taux élevé de pathologie conforte l’hypothèse que les dômes osseux des pachycéphalosauridés ont été employés dans le combat intraspécifique.

Peterson et al. (2013) ont conclu que pris ensemble, la fréquence de la distribution des lésions de la structure osseuse des dômes, appuie fortement l’hypothèse que Pachycephalosaurus utilisait sa structure crânienne unique pour un comportement agonistique, c’est-à-dire établir une hiérarchie, notamment entre mâle, à coup d’intimidation et de combats.

Fiche du dinosaure Pachycephalosaurus (Pachycephalosaure)

Signification : Pachycephalosaurus = Reptile à tête épaisse

Taille : 4 à 8 mètres de long

Poids : 1 à 2 tonnes

Groupe : Marginocéphales

Famille : Pachycéphalosauridés

Epoque : Crétacé supérieur (72-65 ma)

Régime alimentaire : végétivore

Répartition : Canada (Alberta), ouest des Etats-Unis (Montana, Wyoming et Dakota du Sud).

Facebooktwitterpinterestmail