L’astéroïde qui a tué les dinosaures aurait également anéanti les Obamadon

La collision d’un astéroïde avec la Terre, qui est souvent acceptée comme à l’origine de la disparition des dinosaures, aurait également conduit à une dévastation extrême parmi les serpents et les lézards, y compris l’extinction d’un lézard nouvellement identifié par les chercheurs de Yale et de Harvard et nommé Obamadon gracilis.

« L’impact de l’astéroïde est généralement considéré comme affectant principalement les dinosaures« , a déclaré Nicholas R. Longrich, un associé post-doctoral avec le département de géologie et de géophysique de Yale et auteur principal de l’étude. « Mais il a largement impacté l’écosystème global. Les serpents et les lézards ont été fortement touchés. »

Des études antérieures ont suggéré que certaines espèces de serpents et de lézards (ainsi que de nombreux mammifères, oiseaux, insectes et plantes) ont disparu après l’impact il y a 65,5 millions années, sur le bord de la péninsule du Yucatan. Mais cette nouvelle étude soutient que les conséquences de la collision étaient beaucoup plus graves pour les serpents et les lézards qu’on ne le pensait. Autour de 83% de toutes les espèces de lézards et de serpents seraient morts, ont indiqué les chercheurs – et plus grande était la créature, plus elle était susceptible de disparaître, avec aucune espèce de plus d’une livre survivante.

Les résultats sont basés sur un examen détaillé de serpent et de lézards fossiles collectées et couvrant un large territoire de l’ouest de l’Amérique du Nord qui s’étend du Nouveau-Mexique dans le sud des États-Unis à l’Alberta, au Canada. Les auteurs ont examiné 21 espèces déjà connues et également identifié neuf nouveaux lézards et serpents.

Ils ont constaté que toute une gamme remarquable d’espèces de reptiles vivaient au cours des derniers jours des dinosaures. Certains étaient de minuscules lézards. Un serpent avait la taille d’un boa constricteur, assez grand pour s’attaquer aux œufs et aux jeunes de nombreuses espèces de dinosaures. Des lézards herbivore, ressemblant à des iguanes habitaient le sud-ouest, tandis que des lézards carnivores chassaient dans les marais et les plaines inondables de ce qui est aujourd’hui le Montana, certains d’entre eux mesuraient jusqu’à 2 mètres de long.

« Les lézards et les serpents rivalisaient avec les Dinosaures en termes de diversité, ce qui fait de cette période tout autant un ‘Age des Lézards’ qu’une ‘Ère des dinosaures’ » selon Longrich.

Les scientifiques ont ensuite procédé à une analyse détaillée des relations entre ces reptiles, montrant que plusieurs familles de lézard archaïque et de serpents ont disparu à la fin du Crétacé, suite à la chute de l’astéroïde.

Une des branches les plus diversifiées de lézard ayant été anéantie et la famille des Polyglyphanodontia. Cette vaste catégorie de lézards inclus jusqu’à 40% de tous les lézards vivant alors en Amérique du Nord, selon les chercheurs. Lors de la réévaluation des fossiles recueillies précédemment, ils sont tombés sur une espèce non nommée qu’ils ont appelé Obamadon gracilis. En Latin, « odon » signifie « dent » et « gracilis » signifie « mince ».

« Il s’agit d’un petit Polyglyphanodontian qui se distingue par de grandes dents fines« , écrivent les chercheurs, il est surtout connu par les os de la mâchoire de deux spécimens. Pour Longrich la créature mesurait moins de 30cm de long et se nourrissait probablement d’insectes.

Il rajoute que le nom donné à cette nouvelle espèce n’a aucune signification politique an rapport avec le président des États-Unis récemment réélu : « Nous sommes en train de nous amuser avec la taxonomie. »

L’extinction massive (mais pas totale) des serpents et des lézards à ouvert la voie à l’évolution et la diversification des survivants, ont indiqué les chercheurs. Il y a environ 9.000 espèces de lézards et de serpents vivants aujourd’hui. « Ils n’ont pas gagné parce qu’ils étaient mieux adaptés, ils ont essentiellement gagné par défaut, parce que tous leurs concurrents ont été éliminés« , a déclaré Longrich.

Le Co-auteur Bhart-Anjan S. Bhullar, un étudiant au doctorat de biologie des organismes et évolutive à l’Université d’Harvard, a déclaré: « L’une des innovations les plus importantes de ce travail est que nous avons pu reconstituer précisément les relations entre des reptiles éteints à partir de très fragmentaires morceaux de mâchoire. Cela semblait impossible pour des créatures autres que les mammifères. Notre étude devient alors la première d’une vague étudiant les fossiles négligés et souligne l’importance des musées comme le Yale Peabody comme archives de données primaires sur l’évolution.« 

Un article sur la disparition des dinosaure ici sur Jurassic World !

Nicholas R. Longricha, Bhart-Anjan S. Bhullarb, And Jacques A. Gauthiera , 2012, Mass extinction of lizards and snakes at the Cretaceous–Paleogene boundary. PNAS , DOI: 10.1073/pnas.1211526110.

Facebooktwitterpinterestmail