Un ancêtre des crocodiles âgé de 95 millions d’années

Au Maroc, un crâne fossile d’un reptile préhistorique âgé de 95 millions d’années a été découvert. Il appartient un animal appelé Aegisuchus witmeri, surnommé « Shieldcroc » (crocodile blindé), un crocodile préhistorique, qui est l’ancêtre des crocodiles d’Afrique actuels.

Cet animal mesurait environ 10 mètres de long et il possédait une épaisse couche de peau sur le dessus de sa tête. « La découverte du fossile Aegisuchus witmeri, avec d’autres faites avant, démontre que les ancêtres des crocodiles d’aujourd’hui étaient beaucoup plus variés que ne le pensaient jusqu’à lors les paléontologues », souligne le scientifique de l’Université du Missouri Casey Holliday.

Ce paléontologue et ses collègues estiment la taille du spécimen et celle de son cerveau en analysant les marques laissées à l’intérieur de la boîte crânienne. D’après cette étude, la tête de Aegisuchus witmeri faisait de 1,52 mètre de longueur, pour une taille totale de l’animal d’environ 9,14 mètres.

Aegisuchus n’est connue que par une partie de sa boîte crânienne et le sommet de son crâne, le fossile type porte la référence ROM 54530.

Il est diagnostiqué par plusieurs autapomorphies, ou caractéristiques uniques. Au centre de la table du crâne est un bossage eà surface rugueuse sur l’os pariétal qui est en forme de cercle. De chaque côté de ce patron sont des trous appelés fenestrae dorsotemporal, et l’os environnant est relativement lisse. L’os carré dans la région temporale du crâne a une projection rectangulaire, appelée tubercule de l’adducteur, qui a servi en tant que pièce jointe pour les muscles qui ont fermé la mâchoire. A l’avant de la table du crâne, les projections sur les os laterosphenoid appelés processus capitate face sur le côté. Cette fonctionnalité est également visible dans les crânes de gavials morderne, mais elle a évolué de façon indépendante dans chaque groupe de crocodile. Sur la surface avant sont deux trous dans la fenestrae dorsotemporal, qui passent à travers le crâne et ouvrir à la table crâne. Sur la surface avant, une arête de l’os ou tore représente le bord latéral de chaque trou. La partie postérieure du crâne est large, avec de grandes projections sur les os exoccipital qui aurait ancrés grands muscles epaxial dans la partie supérieure du cou.

L’observation des empreintes laissées dans le crâne par ses vaisseaux sanguins a permis de déterminer que Aegisuchus witmeri était doté d’une sorte de carapace sur le dessus de la tête.

Le scientifique Casey Holliday estime que ce bouclier pouvait avoir plusieurs fonctions : séduire les femelles, décourager les adversaires, voire peut-être gérer la température de la tête.

Aegisuchus witmeri chassait à l’affut les poissons qui passaient à sa portée, alors qu’il restait immobile au fond de l’eau. Il semble par contre peu probable qu’il ait chassé de gros animaux terrestre en les attendant aux bords des rivières ou des mares, comme le font les crocodiles actuels, car il a de fines mâchoires.

Facebooktwitterpinterestmail