Des dinosaures à sang chaud au Crétacé ?

Certains dinosaures vivant au Crétacé, de -145,5 à -65,5 millions d’années, auraient été « à sang chaud » plutôt qu’ « à sang froid », comme il est généralement admis. Pour le montrer, des chercheurs du laboratoire Paléoenvironnements et paléobiosphère et du laboratoire de Paléomagnétisme ont utilisé un « thermomètre » naturel : la composition isotopique de l’oxygène contenu dans les restes de dinosaures appartenant à quatre grands groupes.

Les dinosaures, qui dominaient l’essentiel des écosystèmes terrestres entre -230 et -65 millions d’années (Mésozoïque), sont traditionnellement vus comme des reptiles de taille démesurée et « à sang froid » ou ectothermes, c’est-à-dire dont la chaleur corporelle provient du milieu extérieur. Ils auraient ainsi largement bénéficié des climats supposés chauds et homogènes qui régnaient alors sur une bonne partie des continents. Mais la question du métabolisme de ces « terribles reptiles » divise encore les scientifiques.

Un dinosaure Velociraptor, ici représenté avec des plumes, un animal à sang froid ou à sang chaud ?

Un dinosaure Velociraptor, ici représenté avec des plumes, un animal à sang froid ou à sang chaud ?

Par exemple, les restes de certains dinosaures ont été découverts près des pôles de l’époque (Australie, Antarctique, Alaska et Sibérie), dans des gisements dépourvus de restes d’animaux « à sang froid » comme les crocodiles, les tortues, les lézards et les serpents. D’autres pistes suggèrent également que certains dinosaures auraient été, comme les mammifères et les oiseaux actuels, « à sang chaud » ou endothermes, c’est-à-dire dont la chaleur corporelle est produite par le métabolisme.

Facebooktwitterpinterestmail