Dreadnoughtus schrani

Le dinosaure Dreadnoughtus schrani avec 26 mètres de longueur est le plus lourd de tous les animaux connus, passé et présent, il appartient à la famille des titanosaures, c’est un gigantesque dinosaure végétivore au très long cou qui vivait il y a 77 millions d’années à l’ère géologique du Crétacé supérieur, dans le sud de la Patagonie, en Argentine.

Le dinosaure Dreadnoughtus.

Dans le nom de l’animal, « dreadnought » signifie « qui n’a peur de rien » en vieil anglais. En effet, de par sa taille et son poids, avec une queue de 9 mètres, ce dinosaure n’avait sans doute rien à craindre des plus grands dinosaures carnivores de son temps.

Pour atteindre sa taille impressionnante, le dinosaure Dreadnoughtus devait avaler chaque jour des quantités phénoménales de végétaux. À l’époque, la Patagonie était couverte d’arbres de plus de 15 mètres de haut capables de satisfaire les besoins alimentaires des géants végétivores.

Fossile de Dreadnoughtus schrani.

Selon le paléontologue Kenneth Lacovara, de l’Université Drexel, à Philadelphie (USA), « Il pesait autant qu’une dizaine d’éléphants d’Afrique ou plus de sept Tyrannosaurus rex », le plus célèbre des dinosaures.

Le squelette fossile retrouvé montre en plus que le dinosaure Dreadnaughtus n’avait pas tout à fait achevé sa croissance lorsqu’il est mort.

Les paléontologues ont découvert plus de 70 % des ossements fossilisés du dinosaure Dreadnaughtus, en excluant les os de la tête, soit plus de 45 % de l’ensemble du squelette en comptant les os de la tête. Les quatre campagnes de fouilles paléontologiques se sont déroulées entre 2005 et 2009. C’est bien plus que les autres titanosaures précédemment découverts en Argentine.

Fossile du dinosaure Dreadnoughtus.

La masse d’un autre dinosaure géant argentin, l’Argentinosaurus, était peut-être aussi imposante sinon plus, affirme le paléontologue, mais le peu d’ossements dont on dispose ne permet pas une estimation fiable de son poids.

La description de ce dinosaure est publiée jeudi dans la revue Scientific Reports en 2014.

Facebooktwitterpinterestmail