Gigantoraptor erlianensis

Le dinosaure Gigantoraptor erlianensis est un Oviraptorosaure géant. Cet animal a des mensurations impressionnantes par rapport à ses semblables : 8 mètres de long, 5 mètres de haut et 1,5 tonne ! Il était donc 4 fois plus grand et 50 fois plus lourd qu’Oviraptor, dinosaure auquel Gigantoraptor a été apparenté ! Ce dinosaure vivait en Mongolie à la fin du Crétacé supérieur (Maastrichtien : 70-65 ma), parmi d’autres créatures curieuses comme les Therizinosauridés.

Le dinosaure Gigantoraptor.

Mais Gigantoraptor vient jouer le rôle des trouble-fête parmi nos connaissances sur l’évolution des dinosaures en oiseaux. En effet, quand on voit les oiseaux maintenant, il s’agit de petit animaux en général, à part les oiseaux de proie.

Dinosaure Gigantoraptor.

Et les dinosaures, quant à eux, étaient bien plus grands. Au Jurassique les prémices d’une évolution vers les oiseaux se firent sentir, notamment avec l’apparition d’Archaeopteryx. Au Crétacé inférieur, les Dromaeosauridés, construits d’une manière semblable aux oiseaux, apparaissent. Il s’agit là d’un des premiers rapprochements vers les oiseaux parmi les dinosaures.

Fossile de Gigantoraptor.

Et c’est au Crétacé supérieur que sont apparus les Oviraptoridés, très ressemblants aux oiseaux. Il s’agissait surtout de petit animaux ne dépassant pas 2 mètres et 50 kg. On en conclut donc que les dinosaures ont « muté » à l’époque où sont apparus les Oviraptoridés.

Gigantoraptor.

Si Gigantoraptor est assimilé au groupe des Oviraptorosaures (qui contient en l’occurrence la famille des Oviraptoridés), il s’agit donc d’un intrus qui modifie nos pistes. En plus, les chercheurs ont découvert que l’animal n’avait pas encore atteint l’âge adulte. En effet, ses stries de croissance montraient, qu’à onze ans (âge de sa mort), il grandissait beaucoup plus vite que ses cousins américains. Donc il n’avait pas encore atteint sa taille maximale.

Gigantoraptor.

Le crâne de Gigantoraptor était petit et édenté, ce qui caractérise un régime herbivore, mais rien ne prouve qu’il l’était. Et quant à une possible possession de plumes, nous ne sommes pas fixés encore, car aucun reste de plumes, en général retrouvées sur les membres antérieurs des Oviraptoridés, n’a été découvert.

Facebooktwitterpinterestmail