royaume-dinosaures.com

L’étude des extinctions massives donne des leçons sur notre monde moderne

Le période de l’histoire de la terre dénommée Crétacé s’est terminée avec une extinction massive causant la disparition de nombreuses espèces, dont les dinosaures. Une nouvelle étude révèle que la structure des écosystèmes nord-américains a rendue l’extinction pire que ce qu’elle aurait dut être. Des chercheurs de l’Université de Chicago, de l’Académie des Sciences de Californie et du Field Museum of Natural History ont publie leurs résultats en ligne le 29 octobre dans les Proceedings of the National Academy of Sciences.

L’astéroïde massif qui a laissé le cratère de Chicxulub, désormais enterré, sur la côte de la péninsule du Yucatan au Mexique est presque certainement la cause ultime de l’extinction massive de la fin du Crétacé, qui a eu lieu il y a 65 millions d’années. Néanmoins, “Notre étude suggère que la gravité de l’extinction de masse en Amérique du Nord a été plus importante en raison de la structure écologique des écosystèmes“, a déclaré l’auteur principal Jonathan Mitchell, étudiant en thèse du Comité de l’université de Chicago sur la biologie évolutive.

Mitchell et ses co-auteurs, Peter Roopnarine de l’Académie des Sciences de Californie et Kenneth Angielczyk du Field Museum, ont reconstruit les réseaux trophiques terrestres pour 17 communautés écologiques du Crétacé. Sept de ces réseaux trophiques existaient deux millions d’années avant l’impact de Chicxulub et dix 13 millions d’années avant.

Les résultats sont fondés sur un modèle informatique qui montre comment des perturbations se propagent à travers la chaîne alimentaire. Roopnarine a développé cette simulation pour prédire combien d’espèces animales auraient disparu suite à la disparition des plantes, une conséquence probable de l’impact.

Nos analyses montrent que plus d’espèces se sont éteintes pour une disparitions données de plantes chez les plus jeunes des communautés”, selon M. Mitchell. “Nous pouvons retracer cette différence de réponse aux changements dans un certain nombre des principaux groupes écologiques tels que les dinosaures herbivores comme le Triceratops et les petits mammifères.”

Le modèle informatique de l’équipe décrit tous les régimes plausibles pour les animaux étudiés. Sur une modélisation, Tyrannosaurus peut manger Triceratops seulement, tandis que dans l’autre, il ne mange que des dinosaures à bec de canard, et dans une troisième il pourrait avoir une alimentation plus variée. Cette situation découle de l’incertitude concernant ce que les animaux du Crétacé mangeaient, mais cette incertitude a travaillé au profit de l’étude.

Ce qu’ils ont trouvé c’est que le régime alimentaire précis des dinosaures importait moins que la relative diversité d’un écosystème par rapport à un autre. Selon le professeur Angielczyk, “En utilisation des réseaux trophiques modernes comme exemple, nous avons découvert que cette incertitude est beaucoup moins important pour la compréhension du fonctionnement des écosystèmes que notre connaissance générale de l’alimentation et du nombre d’espèces différentes qui aurait eu un régime alimentaire particulier.”

Les chercheurs suggèrent que le changement climatique au cours du Crétacé a conduit à un certain nombre de changements, y compris l’asséchement d’une mer en Amérique du Nord. Le résultat net est une perte de la diversité.

Cela signifie que tout l’écosystème, même s’il était encore florissant, était plus fragile que son équivalent, 13 millions d’années avant l’impact de la météorite de Chicxulub dans la péninsule du Yucatan. Selon de M. Mitchell, “Les écosystèmes se sont effondrés en raison de l’impact d’un astéroïde, et rien dans notre étude suggère qu’ils n’auraient pas continué avec succès. Les circonstances inhabituelles, comme les séquelles de l’impact d’un astéroïde, sont nécessaires pour augmenter la vulnérabilité des communautés.”

En fait, les auteurs affirment que les dinosaures auraient probablement survécu à la catastrophe, si la météorite avait frappé 13 millions années plus tôt, au cours d’une période de plus grande diversité.

Les auteurs affirment que leur analyse fournit des conseils pour contribuer à l’évaluation de la vulnérabilité des écosystèmes actuels. Pour le professeur Rooparine, “En plus de faire la lumière sur cette disparition, nos résultats impliquent que des changements apparemment anodins sur les écosystèmes causés par les humains pourraient réduire la capacité des écosystèmes à résister aux perturbations inattendues.”

Cependant, les auteurs ont également pris soin de souligner que leur étude n’a pas montré que plus d’espèces était une garantie de sauvegarde, mais plutôt qu’ils estiment que c’est la diversité génétique entre espèce qui est importante – en d’autres termes, la sauvegarde d’un grand nombre d’espèces semblables ne peut pas aider autant que la conservation des espèces qui jouent un rôle unique dans l’écosystème.

ScienceDaily : Mass Extinction Study Provides Lessons for Modern World.

Jonathan S. Mitchell, Peter D. Roopnarine, and Kenneth D. Angielczyk , 2012, Late Cretaceous restructuring of terrestrial communities facilitated the End-Cretaceous mass extinction in North America. PNAS.

Facebooktwitterpinterestmail