Des empreintes de dinosaure près de Lyon à Plagne (Ain)

On a découvert les plus grandes empreintes fossiles de dinosaure au monde à Plagne (Ain), près de Lyon.

Des empreintes de dinosaures sauropodes, gigantesques végétivores au long cou, ont été découvertes dans la commune de Plagne (Ain), près de Lyon. Repérées par Marie-Hélène Marcaud et Patrice Landry, deux passionnés de nature, ces empreintes de dinosaures ont été authentifiées par Jean-Michel Mazin et Pierre Hantzpergue du laboratoire de Paléoenvironnements et Paléobiosphères (CNRS / Université Claude Bernard Lyon 1).

Empreintes de pas fossiles de dinosaure.

Empreintes de pas fossiles de dinosaure.

Selon la première approche des chercheurs, ces traces de dinosaures seraient les plus grandes connues à ce jour. De plus, les pistes formées par ces empreintes s’étendent sur des dizaines voire des centaines de mètres. Des fouilles plus importantes seront menées dans les prochaines années et pourraient révéler que le site de Plagne est l’un des plus vastes connus au monde. Au sein de la Société des naturalistes d’Oyonnax (SDNO), Marie-Hélène Marcaud, Patrice Landry et d’autres membres de l’association sont, depuis plusieurs années, en quête de traces de dinosaures. Convaincus que la région abonde d’un important patrimoine paléontologique, ils ont ciblé des sites potentiels et les explorent de façon systématique. La SDNO est ainsi à l’origine de plusieurs découvertes.

C’est lors de l’une de ces explorations, le 5 avril 2009, que Marie-Hélène Marcaud et Patrice Landry ont découvert les traces exceptionnelles de Plagne. Ils ont ensuite contacté Jean-Michel Mazin et Pierre Hantzpergue, du laboratoire Paléoenvironnements et Paléobiosphères (CNRS / Université Claude Bernard Lyon 1).

Piste de d'empreintes de pas de dinosaure fossiles.

Piste de d’empreintes de pas de dinosaure fossiles.

Les deux chercheurs ont confirmé la découverte : ils ont authentifié les pistes sur des critères morphologiques et sur l’origine des sédiments où se trouvent les traces. Leur expertise montre que le site de Plagne correspond à une zone de passage de dinosaures sauropodes.

Les empreintes des dinosaures de Plagne apparaissent sous la forme de dépressions circulaires entourées d’un important bourrelet de sédiment calcaire. Elles sont de très grande taille, pouvant atteindre 1,20 à 1,50 m de diamètre total, ce qui correspond à des animaux dépassant 30 ou 40 tonnes pour plus de 25 mètres de long. Le calcaire date du Tithonien basal (Jurassique supérieur, -150Ma), période pendant laquelle le secteur était recouvert par une mer chaude et peu profonde. La découverte de ces empreintes montre que les sauropodes se sont promenés pendant une phase d’émersion de la région, lors d’un abaissement du niveau marin.

Par la dimension des empreintes et le nombre de pistes observables et potentielles, le site de Plagne est tout à fait exceptionnel. Les études géologiques et les travaux de fouilles sur une telle superficie nécessitent des moyens techniques et humains très importants sur plusieurs années. Ces opérations bénéficieront de la présence sur place des équipes du laboratoire du CNRS et de l’Université Claude Bernard Lyon 1, mais aussi de la SDNO.

Actualisation été 2012.

Les empreintes de dinosaures du site de Plagne (Ain), de nouvelles informations à la suite des fouilles paléontologiques.

L’été 2012 marque la fin des fouilles du site à empreintes fossile de dinosaures sauropode de Plagne (Ain), qui auront duré trois ans.

Plagne (Ain) : piste de pas de dinosaure.

Plagne (Ain) : piste de pas de dinosaure.

Le site a été découvert le 5 avril 2009 par Marie-Hélène Marcaud et Patrice Landry, avant d’être confié au laboratoire de Géologie de Lyon.

Il y a 150 millions d’années, la mer se retirait pour laisser la place à de vastes lacunes qui ont permis de préserver les différentes pistes de dinosaures relevées à Plagne.

Le dinosaure de Plagne qui pesait pas moins de 40 tonnes, a laissé des empreintes de grandes tailles en se déplaçant à 3,2 km/h. 115 empreintes de pas sur 155 mètres ont été mises à jour lors des fouilles de juillet 2011, ce qui permet à cette piste de sauropode d’être la plus longue connue au monde.

Facebooktwitterpinterestmail