Les vélociraptors étaient surtout actifs la nuit

Les vélociraptors étaient surtout actifs la nuit, révèlent des paléontologues américains.

Les chercheurs se basent sur la forme des yeux de ces petits dinosaures bipèdes carnivores, qu’on pensait jusqu’alors diurnes.

Si les vélociraptors n’étaient actifs que dans la pénombre, les dinosaures végétivores étaient cathéméraux, c’est-à-dire qu’ils vivaient aussi bien la nuit que le jour.

Quant aux oiseaux et aux ptérosauriens, des reptiles volants, ils étaient pour la plupart actifs le jour à l’exception de certaines espèces nocturnes. Ainsi des ptérosauriens se nourrissant de poissons vivaient la nuit.

Le ptérosaure Ikrandraco avatar.

Le ptérosaure Ikrandraco avatar.

Pour cette étude, les chercheurs ont commencé à étudier la structure de l’oeil de 164 espèces vivantes, dont des mammifères, des reptiles et des oiseaux dont la période d’activité durant un cycle de 24 heures est bien établie. Ils ont déterminé que la structure de l’oeil varie selon que ces animaux sont diurnes, nocturnes ou cathéméraux.

Il s’agit plus spécifiquement de la longueur de l’orbite et du diamètre de l’anneau neurorétinien qui optimisent l’acuité visuelle selon différentes intensités lumineuses, expliquent ces scientifiques.

Les chercheurs ont ensuite examiné les fossiles de 33 archosaures, groupe comprenant les dinosaures et les ptérosauriens, du Mésozoïque, période s’étendant de 245 à 65 millions d’années. Ils ont pu, en comparant ces caractéristiques de l’oeil des espèces vivantes à celles des fossiles, en déduire les cycles d’activités de ces animaux disparus, dont celui du velociraptor.

Velociraptor était surtout actifs la nuit.

Velociraptor était surtout actifs la nuit.

Cette découverte bouleverse la théorie scientifique selon laquelle les dinosaures, disparus il y a 65 millions d’années, étaient actifs seulement le jour, tandis que les premiers mammifères connus vivaient la nuit, explique Ryosuke Motani, professeur de géologie à l’Université de Californie et co-auteur de cette recherche parue dans la revue Science datée du 15 avril 2011.

Facebooktwitterpinterestmail