Siats meekerorum

Le dinosaure Siats meekerorum est un carnivore qui appartient à la famille des carcharodontosaures, un théropode géant qui régnait sur l’Amérique du Nord il y a environ 98,5 millions d’années, au Cénomanien, un étage géologique du Crétacé inférieur qui s’est déroulé de -100.5 à –66 Ma.

Le fossile du dinosaure Siats décrit appartenait à un individu d’environ 9 mètres, et pesant au moins 2,5 tonnes. En dépit de ce gigantisme, les os sont ceux d’un jeune animal, les scientifiques supposent que les adultes atteignaient les 12 mètres, et 4 à 5 tonnes. Ils estiment qu’un animal adulte pouvait atteindre la taille du dinosaure Acrocanthosaurus. Effet, le carcharodontosaure nord-américain le plus anciennement connu est la dinosaure Acrocanthosaurus atokensis qui a été découvert en 1950.

Le dinosaure Siats meekerorum.
Siats meekerorum.

C’est dans la Cedar Mountain Formation, membre de Mussentuchit, dans le comté d’Emery dans l’Utah aux Etat-Unis, que de 2008 à 2010 les ossements fossilisés du dinosaure ont été trouvés lors d’une expédition paléontologique menée par le Field Museum. Ensuite, il a fallu plus de deux ans et toute une équipe de spécialistes pour dégager de la roche et préparer les os fossilisés. Seules quelques vertèbres du dos et de la queue de Siats meekerorum, ainsi que des fragments de hanche et de fémur ont pour l’heure été exhumés.

Fouille paléontologique à la recherche de fossiles.

Le nom Siats fait référence à un monstre mangeur d’hommes d’une légende indienne Ute, et meekerorum en l’honneur du géologue John Caldwell Meeker, et sa famille.

Peter Makovicky, du Muséum d’Histoire naturelle de Chicago, dit que « Nous étions ravis de découvrir le premier dinosaure de ce type en Amérique du Nord ».

Les premières études permettent de le classer Siats meekerorum dans la famille des dinosaures néovénatoridés, et que l’on regroupe dans le clade des allosauroïdes, dont il est le plus jeune représentant.

Le dinosaure Siats.

Siats meekerorum et Acrocanthosaurus rivalisent pour la place du deuxième plus grand dinosaure carnivore d’Amérique du Nord, derrière le féroce Tyrannosaurus rex, qui pouvait avoisiner les sept tonnes.

Ce fossile du dinosaure Siats comble une lacune de plus de 30 millions d’années. Après le règne des allosaures au Jurassique, le rôle de prédateur principal est passé des carcharodontosaures au début du Crétacé inférieur aux tyrannosaures à la fin du Crétacé inférieur (une époque géologique). La paléontologue Lindsay Zanno, Muséum de Sciences naturelles de Caroline du Nord, explique que « Les carcharodontosaures ont régné plus longtemps en Amérique du Nord que nous ne l’attendions ». Ils auraient donc disparu d’Amérique du Nord il y a environ 85 millions d’années.

Reconstruction du squelette de Siats meekerorum montré s’attaquant à Eolambia caroljonesi.
Le dinosaure Siats meekerorum.

Il est probable que le dinosaure Siats ait empêché les petits tyrannosaures du début du Crétacé inférieur de s’établir au sommet de la chaîne alimentaire. Ce n’est qu’après leur disparition que les tyrannosaures ont pu évoluer en énormes prédateurs vers la fin Crétacé inférieur.

Selon les paléontologues, Siats semait la terreur sur un territoire correspondant aujourd’hui à l’Etat de l’Utah aux USA au Crétacé inférieur. A l’époque où régnait Siats, le paysage était verdoyant, peuplé de dinosaures végétivores, tortues, crocodiles et autres prédateurs comme les premiers tyrannosaures. On ignorait jusqu’à présent qui tenait le rôle de premier prédateur à cette époque en Amérique du Nord.

Les fossiles du bassin et des membres postérieurs de l’holotype de S. meekerorum.
Fossiles du Siats meekerorum.

Des fossiles d’autres prédateurs, comprenant des tyrannosaurus et des dinosaures à plumes, ont pu être découverts dans le même secteur lors des fouilles (au moins trois autres dinosaures), mais ils n’ont pas encore été décrits par l’équipe scientifique.

D’après une publication des paléontologues Lindsay Zanno (Muséum de Sciences naturelles de Caroline du Nord) et Peter Makovicky (Muséum Field d’Histoire naturelle de Chicago) parue dans novembre 2013 dans la revue Nature Communications (Neovenatorid theropods are apex predators in the Late Cretaceous of North America).

Facebooktwitterpinterestmail