Sciurumimus

Le dinosaure Sciurumimus est un Théropode Megalosauroidea (Spinosauroidea) de la fin du Jurassique d’Allemagne. Il est connu par un seul spécimen juvénile qui représente l’espèce type, Sciurumimus albersdoerferi, trouvé dans une carrière de calcaire près de Painten en Basse-Bavière. Le spécimen présente des traces de plumes semblables à des filaments.

Le fossile est un Sciurumimus bébé d’à peu près 70 cm de long, découvert dans les calcaires du nord de la Bavière présentant des restes d’un plumage filamenteux sur le corps. La distribution des filaments indiquerait que l’animal était recouvert de plumes à l’âge adulte.

Le nom Sciurumimus albersdoerferi se réfère au nom scientifique des écureuils arboricoles, Sciurus, et signifie “qui imite l’écureuil”, en référence notamment à la queue touffue de l’animal. Le nom de l’espèce est en l’honneur du collectionneur privé qui a rendu le spécimen disponible pour l’étude scientifique.

Le squelette de Sciurumimus est le dinosaure prédateur le plus complet jamais trouvé en Europe. Il offre en plus un aperçu rare d’un jeune dinosaure. Basé sur les études des dents, les chercheurs ont conclu que les jeunes Sciurumimus avaient un régime alimentaire très différent de celui des adultes, qui devait mesurer 6 mètres de long et peser plus d’une tonne. Le spécimen juvénile de Sciurumimus chassait probablement des insectes et d’autres petites proies, comme en témoignent les fines dents pointues à l’avant de la mâchoire.

Les théropodes sont des bipèdes, pour la plupart carnivores . Ces dernières années, les scientifiques ont découvert que de nombreux Théropodes disparus avaient des protoplumes. Mais ces protoplumes n’avait été trouvé chez les Théropodes que dans les Coelurosaures, un groupe diversifié comprenant le Tyrannosaurus et les oiseaux. Sciurumimus est la première exception à cette règle.

La nouvelle espèce se trouve au plus profond de l’arbre de l’évolution des Théropodes, bien plus que les Coelurosaures, ce qui signifie que les espèces qui découlent de Sciurumimus sont susceptibles d’avoir des caractéristiques similaires, donc des plumes.

Cette théorie souffre déjà de nombreuses critiques. Certains scientifiques avancent l’hypothèse d’un phénomène de convergence évolutive pour expliquer la présence de téguments similaires chez les ornithischiens et les saurischiens. Les plumes seraient apparues de manière indépendante dans les deux groupes sans qu’un éventuel ancêtre commun en ait été pourvu. Seule la découverte de nouveaux fossiles, dans des sédiments fins permettant de conserver des empreintes de filaments, pourra mettre fin à ce nouveau débat.

Rauhut, O. W. M.; Foth, C.; Tischlinger, H.; Norell, M. A. , 2012, Exceptionally preserved juvenile megalosauroid theropod dinosaur with filamentous integument from the Late Jurassic of Germany. Proceedings of the National Academy of Sciences

Classification: Dinosauromorpha – Dinosauria – Saurischia – Eusaurischia – Theropoda – Neotheropoda – Tetanurae – Spinosauroidea – Spinosauroidea
Origine du nom: Qui imite Sciurus [un écureuil arboricole]
Découverte(s): Bavière (Allemagne)
Epoque(s): Kimméridgien supérieur
Taille: 6 mètres
Poids: celui d’un rhinoceros environ

Facebooktwitterpinterestmail

Pegomastax

Le dinosaure Pegomastax est un Heterodontosauride découvert dans des roches du Jurassique inférieur d’Afrique du Sud. La description s’appuie sur l’holotype SAM-PK-K10488, qui se compose d’un crâne partiel dont un os orbitaire, de deux dentaires et d’un prédentaire (un os sans dent, en forme de bec situé à l’avant de la mâchoire).

De la tête à la queue, ce végétivore ne mesurait pas plus de 60 cm.

Ce spécimen a été trouvé dans la localité de Voyizane (district de Joe Gqabi, province du Cap) dans des roches de la Formation Elliot, une formation rocheuse qui remonte au début du Jurassique (Hettangien-Sinémurien, il y a environ 190 à 200 millions d’années). Les restes ont été recueillis lors d’une expédition entre 1966 et 1967, mais pas officiellement nommés et décrits jusqu’en 2012, lorsque Paul Sereno, qui les avait reconnus comme inhabituels dans les années 1980, a publié une description.

Pegomastax diffère des autres Heterodontosauridae par des détails du crâne. La mâchoire inférieure est forte, avec un bec court. Comme la plupart des autres Heterodontosauridae, Pegomastax possédait une canine agrandie au début de la rangée de dents de la mâchoire inférieure, qui peut avoir eu une fonction défensive.

Pour Paul Séreno, paléontologue à l’Université de Chicago, est à l’origine de la découverte, il s’agit d’un mélange entre “… un oiseau, un vampire et un porc-épic“.

Ce spécimen d’herbivore d’afique du Sud attendait d’être décrit depuis sa découverte en 1983.

Le spécimen à l’étrange allure a été nommé Pegomastax africanus, ou “large mâchoire d’Afrique”. Il a vécu il y a 100 à 200 millions d’années alors que le supercontinent, la Pangée, commençait à se fractionner.

Il appartient à la famille des Hétérodontosaures, des lézards herbivores, malgré leurs dents différentes et bien aiguisées. Ces derniers ont été parmi les premiers dinosaures à se répandre sur la planète.

L’animal devait peser le même poids qu’un chat domestique, soit quelques kilos, et ne dépassait pas les 30 cm de hauteur. Il avait aussi une large mâchoire et un bec émoussé avec deux dent plantées vers le bas comme un poignard. Les chercheurs pensent que cette physiologie particulière pouvait lui permettre de cueillir des fruits.

Sereno, Paul C., 2012, Taxonomy, morphology, masticatory function and phylogeny of heterodontosaurid dinosaurs. ZooKeys , 226 , 1–225.

Facebooktwitterpinterestmail

Les dinosaures étaient ils destinés à être gros ?

Selon la règle de Cope, tout au long de l’évolution, de petites bestioles ont tendance à évoluer vers de grosses bêtes, c’est du moins l’idée attribuée au paléontologue Edward Cope, maintenant connue sous le nom de “règle de Cope”.

En utilisant les dernières méthodes avancées de modélisation statistique, un nouveau test de cette règle, telle qu’elle s’applique aux dinosaures montre que Cope avait raison – parfois. “Pendant longtemps, les dinosaures étaient l’exemple type de la règle de Cope“, explique Gene Hunt, conservateur au département de paléobiologie au National Museum of Natural History (NMNH) de Washington, d’autres groupes, en particulier les mammifères, fournissent beaucoup d’autres exemples classiques de la règle, selon Hunt.

Pour voir si la “règle de Cope” s’applique vraiment aux dinosaures, Gene Hunt et Richard Fitzjohn de l’Université de Colombie-Britannique et Matthew Carrano du NMNH ont utilisé des os de cuisse de dinosaures (notamment fémurs) comme représentatif de la taille de ces animaux. Ils ont ensuite utilisé ces données dans leur modèle statistique à la recherche de deux choses : les tendances au fil du temps de variation de la taille et les éventuelles limites supérieure détectables dans la taille du corps.

Ils ont regardé à travers l’arbre généalogique des dinosaures et ont constaté que certains groupes, ou clades, de dinosaures ont plus tendance au fil du temps à grossir, suivant la “règle de Cope”.

Les Cératopsidés et les Hadrosaures, par exemple, montrent plus d’augmentation de taille au fil du temps, que de diminution selon Hunt. Bien que les oiseaux ont évolués à partir des dinosaures théropodes, l’équipe les a exclus de l’étude en raison de la pression évolutive rencontrée par les oiseaux pour s’alléger et devenir plus petits afin de mieux voler.

En ce qui concerne les limites supérieures à la taille, les résultats sont parfois oui, parfois non. Les Sauropodes (long cou, petite tête et végétivores) et les Ornithopodes (Iguanodon, Cératopsidés) ne montraient aucun signe de limites supérieures à leur taille. Et en effet, ces groupes contiennent les plus grands animaux terrestres qui ont existé.

Les Théropodes, par contre, qui comprennent le célèbre Tyrannosaurus rex, ont effectivement montré ce qui semble être la limite supérieure de leur taille. Ce n’est pas surprenant, car selon Hunt, Les théropodes étaient bipèdes, et il y a des limites physiques à la façon de déplacer un corps massif sur deux pattes. Quant à savoir pourquoi la “règle de Cope” fonctionne, c’est n’est pas très bien compris, selon Hunt. “Elle s’applique parfois, mais pas toujours...”.

L’idée traditionnelle que “bigger is better” (plus c’est gros mieux c’est), parce on suppose qu’un animal plus gros est moins susceptible d’être la proie est naïve, affirme le paléontologue Hunt. Après tout, même les plus grands animaux commencent assez petit pour être une proie et passent un long moment de leur vie en étant vulnérable, avant de grandir et d’être gigantesque.

Hunt, Gene, 2012 , Were dinosaurs destined to be big? Testing Cope’s rule. Geological Society of America , Vol. 44, No. 7, p.138 , p.138.

Facebooktwitterpinterestmail

Lapampasaurus

Le dinosaure Lapampasaurus est un Hadrosauridé de la Formation Allen du Crétacé supérieur (Campanien-Maastrichtien) de la province de La Pampa, Argentine. Il n’existe qu’une seule espèce, Lapampasaurus cholinoi.

La découverte de Lapampasaurus dans le Crétacé supérieur de Patagonie suggère la présence d’une faune d’Hadrosauridés plus diversifiée que celle connue jusqu’à présent.

L’Holotype, MPHN-Pv-01, comprend cinq vertèbres cervicales,deux arcs neuronal cervical incomplète, trois arcs neuraux dorsaux incomplets, cinq vertèbres thoraciques, trois fragments de vertèbre sacrée, deux vertèbres caudales antérieures, un vertèbre caudale mi-distale presque complète, une omoplate gauche incomplète, un fragment incomplet du coracoïde gauche, une partie du fémur droit, droite la phalange 1 du doigt III, la phalange unguéale du pied gauche II ou IV, et 9 fragments indéterminés.

Le nom du genre fait référence à la province argentine de La Pampa. Le nom d’espèce est en l’honore d’un des collecteurs des os du spécimen, José Cholino.

Rodolfo A. Coria, Bernardo González Riga and Silvio Casadío , 2012 , Un nuevo hadrosáurido (Dinosauria, Ornithopoda) de la Formación Allen, provincia de La Pampa, Argentina , Ameghiniana in press.

Classification: Dinosauromorpha – Dinosauria – Ornithischia – Predentata – Genasauria – Neornitischia – Cerapoda – Ornithopoda – Euornithopoda – Iguanodontia – Euiguanodontia – Dryomorpha – Ankylopollexia – Styracosterna – Iguanodontoidea – Hadrosauroidea – Hadrosauridae – Hadrosauridae
Origine du nom: lézard de la Pampa [Province de découverte]
Découverte(s): Province de la Pampa (Argentine)
Epoque(s): Campanien/Maastrichtien
Regime alimentaire: végétivore

Facebooktwitterpinterestmail

Yulong

Le dinosaure Yulong est un Théropode Oviraptoridés de la fin du Crétacé de la Formation Qiupa (province du Henan), en Chine centrale. Il n’existe qu’une seule espèce, Yulong Mini. De nombreux spécimens juvéniles ont été découverts dont certains représentent les plus petits Oviraptoridés connus.

Les spécimens de Yulong ont été recueillis près de la ville de Qiupa (comté de Luanchuan, province du Henan) dans la Formation Qiupa. L’âge géologique exacte de la Formation Qiupa est inconnue, mais il remonte probablement à la fin du Crétacé car on note la présence d’Oviraptoridés (Yulong), de Dromaeosauridés (Luanchuanraptor), d’Ornithomimidés (Qiupalong) et d’autres spécimens non décrits de Dinosaures.

Yulong a d’abord été décrit et nommé par Junchang Lü, Philip J. Currie, Li Xu, Xingliao Zhang, Hanyong Pu et du Songhaï Jia en 2013, l’espèce de type est Yulong Mini. Le nom est dérivé du Chinois ? (Yu), l’abréviation sur deux caractères de la province du Henan, en référence au lieu de découverte du genre, et de lóng signifiant “dragon”, un suffixe couramment utilisé pour nommer les dinosaures chinois comme le “saurus” grec l’est à l’ouest. Le nom spécifique, mini, se réfère à la petite taille des échantillons.

Yulong est basé sur une série de cinq spécimens:

-HGM 41HIII-0107: un squelette exceptionnellement bien conservé, avec un crâne et la mâchoire inférieure qui est gardé au Henan Geological Museum, seul manque le crâne et la base du cou;
-HGM 41HIII-0108: un crâne sans la mâchoire inférieure;
-HGM 41HIII-0109: un squelette partiel avec le crâne et la mâchoire inférieure;
-HGM 41HIII-0110: un crâne partiel avec des mâchoires inférieures et quelques vertèbres du cou;
-HGM 41HIII-0111: un os iliaque gauche.

Des découvertes supplémentaires ont été mentionnés dans le document de déscription. Un embryon exceptionnellement préservé (à l’intérieur d’un oeuf) nommé HGM 41HIII-0301, qui provenait d’un nid de 26 œufs.

Alors que les Oviraptoridés mesuraient généralement de un à huit mètres de longueur, Yulong a été présenté comme faisant “la taille d’un poulet” par ses descripteurs. La plupart des spécimens de Yulong avaient un corps de longueur totale d’un quart à un demi-mètre, ce qui les rend certainement des plus petits Oviraptoridés connus.

Selon les auteurs, les proportions des membres postérieurs des Oviraptoridés changent peu au cours de la croissance, l’os de la cuisse est plus long que l’os iliaque, ce qui indique un mode de vie plus sédentaire et donc probablement herbivore.

Selon une analyse phylogénétique réalisée par les auteurs Yulong était plus dérivé que le gigantesque Oviraptoridé Gigantoraptor erlianensis et moins dérivé que (comme taxon frère) le clade formé par les Oviraptorinae et les “Ingeniinae”. Cependant, pour les auteurs, la position phylogénétique de Yulong est encore incertaine, parce que les jeunes spécimens ont tendance à afficher des traits plus basiques que les spécimens adultes qui sont inconnus pour Yulong.

Lü, J.; Currie, P. J.; Xu, L.; Zhang, X.; Pu, H.; Jia, S. , 2013 , Chicken-sized oviraptorid dinosaurs from central China and their ontogenetic implications. Naturwissenschaften , Publication en ligne : , doi:10.1007/s00114-012-1007-0

Classification: Dinosauromorpha – Dinosauria – Saurischia – Eusaurischia – Theropoda – Neotheropoda – Tetanurae – Neotetanurae – Avetheropoda – Coelurosauria – Tyrannoraptora – Maniraptoriformes – Maniraptora – Metornithes – Oviraptorosauria – Caenagnathoidea – Oviraptoridae – Oviraptoridae
Origine du nom: dragon de Henan
Découverte(s): province du Henan (Chine)
Epoque(s): crétacé supérieur
Taille: 40 cm
Poids: celui d’un poulet environ

Facebooktwitterpinterestmail

Proa

Le dinosaure Proa est un Ornithopode Iguanodontia du Crétacé (Albien inférieur) d’Europe. Ses fossiles ont été découverts dans la Formation Escucha dans la province de Teruel (Espagne). Il n’existe qu’une seule espèce, appelée Proa valdearinnoensis en hommage à son lieu de découverte, le Val d’Ariño.

Il est basé sur l’holotype, MAP AR-1/19 composé d’un crâne assez complet avec les mâchoires, non articulées. D’autres restes crâniens et post-crânien de plusieurs individus ont également été trouvés. L’étude phylogénétique place Proa très proche d’Iguanodon à la base des Hadrosauriformes.

En outre, il est plus basal qu’Hypselospinus (du Valanginien) et que Mantellisaurus (de la fin du Barrémien et de l’Aptien inférieur), ce qui suggère une longue “lignée fantôme” pour arriver à cette espèce.

Andrew T. McDonald, Eduardo Espílez, Luis Mampel, James I. Kirkland and Luis Alcalá , 2012 , An unusual new basal iguanodont (Dinosauria: Ornithopoda) from the Lower Cretaceous of Teruel, Spain. Zootaxa , 3595 , pp. 61–76

Classification: Dinosauromorpha – Dinosauria – Ornithischia – Predentata – Genasauria – Neornitischia – Cerapoda – Ornithopoda – Euornithopoda – Iguanodontia – Euiguanodontia – Dryomorpha – Ankylopollexia – Styracosterna – Iguanodontoidea – Iguanodontoidea
Origine du nom: d’aprés l’Espagnol “proa” [proue d’un bateau]
Découverte: province de Teruel en Espagne
Epoque: Albien inférieur
Regime alimentaire: végétivore

Facebooktwitterpinterestmail

Eosinopteryx

Le dinosaure Eosinopteryx est un Théropode Troodontidé du Jurassique supérieur de la Formation Tiaojishan de l’ouest du Liaoning, en Chine. Il n’existe qu’une seule espèce, Eosinopteryx brevipenna.

Eosinopteryx brevipenna est connu par un seul spécimen fossile d’un squelette presque complet d’un adulte ou sub-adulte. Le spécimen est très petit pour un Dinosaure, mesurant environ 30 centimètres de long.

Contrairement à la plupart des autres Troodontidés, le museau est très courte, plus court que le diamètre de l’orbite de l’oeil. Les ailes étaient de la même taille que celles d’Anchiornis (une espèce proche), avec les rémiges primaires plus longues que l’humérus. Une disposition inhabituelle des os des ailes aurait empêché tout mouvement de battement.

La queue est très courte par rapport à la plupart des autres membres du groupe des Deinonychosauria, et contrairement à d’autres Deinonychosaures connus, les pattes et les orteils étaient très minces, sans griffes fortement incurvées pour la prédation. La queue semble avoir manqué de plumes rectrices et les tarses et les pieds semblent avoir été déplumé.

Donc, d’après les chercheurs, la structure osseuse de Eosinopteryx est propre à limiter sa capacité à battre des ailes et l’envergure réduite de celles-ci ne lui permettaient probablement guère de voler efficacement. En revanche, la forme de ses doigts de pieds, la faible couverture de plumes de sa queue et de ses pattes devaient en faire un bon marcheur et coureur.

Selon Dr Dyke, un des auteurs de l’étude, chercheur de l’Université de Southampton, la découverte d’Eosinopteryx suggère “que l’origine du vol est beaucoup plus complexe qu’on ne le pensait“. En effet, ce spécimen bien que doté de plumes remonte au Jurassique qui s’étend de – 200 à – 145 millions d’années.

Il est ainsi bien antérieur à la plupart des dinosaures Théropodes à plumes connus à ce jour, qui, eux, vivaient au Crétacé, soit vers -130 millions d’années, et dont certains sont généralement considérés comme les ancêtres des oiseaux.

Godefroit, P.; Demuynck, H.; Dyke, G.; Hu, D.; Escuillié, F. O.; Claeys, P. , 2013 , Reduced plumage and flight ability of a new Jurassic paravian theropod from China , Nature Communications , 4: 1394.

Classification: Dinosauromorpha – Dinosauria – Saurischia – Eusaurischia – Theropoda – Neotheropoda – Tetanurae – Neotetanurae – Avetheropoda – Coelurosauria – Tyrannoraptora – Maniraptoriformes – Maniraptora – Metornithes – Paraves – Eumaniraptora – Deinonychosauria – Troodontidae – Troodontidae
Origine du nom: plume Chinoise de l’aube
Découverte(s): province du Liaoning
Epoque(s): Jurassique moyen Jurassique Supérieur
Taille: 30 cm
Poids: celui d’un pigeon environ

Facebooktwitterpinterestmail