Un nouveau dinosaure fossile découvert en Allemagne

La découverte du fossile d’un jeune dinosaure théropode carnivore en Allemagne, près de Kelheim, en Bavière, il y a deux ans a été annoncé par le Musée national bavarois de paléontologie. Ce dinosaure juvénile de 70 centimètres de long est intact à 98% , le fossile présente des traces de peau et de ‘poils’.

Otto, comme l’ont surnommé les paléontologues allemands, est « le plus beau fossile de sa catégorie jamais découvert en Europe« , selon Oliver Rauhut, responsable des Collections paléontologiques et géologiques nationales de Bavière.

Le jeune dinosaure théropode carnivore, dont l’espèce n’est pas encore déterminée mais apparentée au T-rex, vivait il y a 135 millions d’années, et est mort vers l’âge d’un an, il s’est entièrement fossilisé.

Jeune dinosaure théropode carnivore découvert en Bavière (Allemagne).

Jeune dinosaure théropode carnivore découvert en Bavière (Allemagne).

Ce fossile est particulièrement précieux pour les paléontologues et les scientifiques en raison de son bon état, de son jeune âge et des restes dermiques qu’il porte.

Otto a d’ores et déjà était déclaré ‘propriété culturelle nationale’ par le gouvernement allemand, afin d’éviter sa sortie du territoire.

Facebooktwitterpinterestmail

Des pas fossilisés de dinosaures découverts dans l’Arkansas (USA)

Des paléontologues ont débuté l’étude d’empreintes de pas fossilisées de dinosaure Acrocanthosaurus découvertes dans une carrière au sud-ouest de l’Arkansas (sud des États-Unis) a annoncé mercredi 5 septembre 2011 l’université de l’Arkansas.

Les pas de dinosaures fossilisés offrent un aperçu des différents animaux qui ont vécu y a 120 millions d’années, à l’ère géologique du Crétacé inférieur.

Ce site paléontologique découverts sur une propriété privé est «très important» en raison de «la qualité des empreintes » et de leur nombre», explique le chercheur en paléontologie Stephen Boss.

Piste d'empreintes de pas fossilisés du dinosaure Acrocanthosaurus en Arkansas (USA).

Piste d’empreintes de pas fossilisés du dinosaure Acrocanthosaurus en Arkansas (USA).

Le site donne des indications sur le climat qui pouvait régner à l’époque. « Imaginez un environnement ressemblant beaucoup aux côtes du Golfe persique aujourd’hui. La température de l’air était élevée. L’eau était peu profonde et très salée, ajoute le paléontologue. C’était un environnement difficile. »

Empreintes fossiles de pas du dinosaure Acrocanthosaurus.

Empreintes fossiles de pas du dinosaure Acrocanthosaurus.

Les traces de pas de 60 centimètres de long et 30 centimètres de large ont probablement été laissées par le dinosaure Acrocanthosaurus atokensis, l’un des plus grands prédateurs carnivore à avoir jamais vécu sur la planète. Le site comporte également des empreintes de gros dinosaures végétivores à long cou de la famille des sauropodes. Certaines empreintes de pas de dinosaures trouvées sur le site n’ont jamais été observées auparavant dans l’Arkansas.

Acrocanthosaurus. Des empreintes fossilisées de pas de ce dinosaure ont été trouvées en Arkansas.

Acrocanthosaurus. Des empreintes fossilisées de pas de ce dinosaure ont été trouvées en Arkansas.

« Avec ces traces de pas, on peut apprendre toutes sortes de choses sur la biomécanique et le comportement des dinosaures », souligne l’universitaire Brian Platt, qui participe aux fouilles et études.

Le site paléontologique a été fouillé et étudié par une équipe de chercheurs pendant deux semaines. Ils ont notamment utilisé des technologies de pointe pour prendre des images et des mesures du site et des traces fossiles, puis cartographier le site. L’étude d’échantillons du sol pourraient donner des informations sur les conditions de vie des dinosaures.

Empreinte fossile de pas de dinosaure Acrocanthosaurus, dans une carrière de l'Arkansas, aux Etats-Unis d'Amérique.

Empreinte fossile de pas de dinosaure Acrocanthosaurus, dans une carrière de l’Arkansas, aux Etats-Unis d’Amérique.

« Ce site améliorera la connaissance des animaux et du climat du Crétacé inférieur », souligne M. Boss. Les scientifiques vont étudier les empreintes fossilisées de pas et les données recueillies pendant de nombreuses années.

Facebooktwitterpinterestmail

Talos sampsoni

Le dinosaure Talos sampsoni a été découvert en 2008 dans l’Utah (aux USA), c’est une nouvelle espèce de dinosaure de type « raptor ».

Le fossile de ce dinosaure a été trouvé par hasard par un étudiant qui cherchait des restes fossilisés de tortues.

Le dinosaure Talos mesurait environ 2 mètres de long, pour un poids estimé de 35 à 40 kg et il possédait d’importantes griffes, il devait être un redoutable prédateur carnivore. C’est un dinosaure théropode de la famille des Troödontidés.

Il vivait il y a environ 76 millions d’années en Amérique du Nord, à la fin du Campanien (Crétacé), ses fossiles ont été découverts  dans la Formation de Kaiparowits. Au cours de la période du Crétacé supérieur, le site paléontologique de la Formation Kaiparowits était situé près de la rive ouest de la voie maritime intérieure de l’Ouest, une grande mer intérieure qui a divisé l’Amérique du Nord en deux masses, Laramidia à l’ouest et les Appalaches à l’est.

Le plateau où ce dinosaure a vécu était une ancienne plaine inondable dominée par de grandes chaînes de montagnes et parsemée d’abondants marécages, de zones humides à tourbe, d’étangs et de lacs. Le climat était humide.

Le dinosaure Talos sampsoni.

Le dinosaure Talos sampsoni.

Son nom vient de Talos, un automate de bronze géant de la mythologie grecque, associé à un jeu de mots en anglais avec « talon », désignant la serre des rapaces dans cette langue.  L’épithète spécifique honore le paléontologue Dr Scott D. Sampson, qui a participé aux fouilles paléontologiques.

L’individu subadulte retrouvé est constitué des fossiles d’un squelette postcrânien partiel, comprenant les membres postérieurs, le bassin, des fragments vertébraux, des chevrons et le cubitus gauche.

Patte fossile du dinosaure Talos sampsoni.

Patte fossile du dinosaure Talos sampsoni.

Le dinosaure Talos sampsoni notamment une longue griffe en forme de faucille à chaque patte. Cette griffe a intrigué les paléontologues du Musée d’Histoire naturelle de Chicago.

Sur le fossile, l’une de ces griffes ne devait pas être opérationnelle, car la patte montre une blessure traumatique, qui est bien visible sur les ossements fossilisées. Selon les scientifiques, ceci démontre que la griffe n’avait pas de fonction dans le déplacement (marche, course), car l’animal aurait alors boité, ce qui aurait usé d’autres parties du squelette et des traces de cette usure seraient visibles sur le reste du squelette.

Le dinosaure utilisait ses griffes pour la chasse ou la compétition entre mâle pour la reproduction.

Ce dinosaure devait être capable de consommer aussi des végétaux, au vu de sa dentition.

Une analyse cladistique indique qu’il forme un clade de troodontidés dérivés avec les dinosaures Byronosaurus, Saurornithoides, Zanabazar et Troodon.

Talos sampsoni est une espèce de raptor découverte dans l'Utah (USA).

Talos sampsoni est une espèce de raptor découverte dans l’Utah (USA).

Fiche sur le dinosaure Talos

Année et lieu de découverte : fossile trouvé en 2008 par M. J. Knell, à l’intérieur du Monument national de Grand Staircase-Escalante, Utah, USA.

Paléontologues : Lindsay E. Zanno, David J. Varricchio, Patrick M. O’Connor, Alan L. Titus, et Michael J. Knell (en 2011).

Poids : 35 à 40 kg environ.

Longueur : environ 2 mètres.

Alimentation : carnivore.

Classification : sous-ordre des Theropoda (Théropodes), famille des Troodontidae.

Période géologique : fin du Crétacé, plus particulièrement étage géologique du Campanien.

Facebooktwitterpinterestmail

Prognathodon

Prognathodon est un reptile marin de la famille des Mosasauridae, qui mesurait adulte environ 10 à 14 mètres de long et devait être un carnivore redoutable. la tête de cet animal est massive et proportionnellement grande, sa longueur pouvait atteindre 1,5 mètres.

Il devait être durophage, c’est à dire qu’il se nourrissait de proies dures, comme le démontrent ses dents, et devant être broyées, comme des mollusques à coquille, des crabes, des céphalopode, etc.

Prognathodon. Ici plus particulièrement une reconstitution de Prognathodon saturator.

Prognathodon. Ici plus particulièrement une reconstitution de Prognathodon saturator.

On connait plusieurs espèces de ce reptile marin : P. giganteus, P. overtoni, P. rapax, P. saturator, P. solvayi, P. stadtmani, P. waiparaensis. Il est de la même famille que le Mosasaurus.

Ses restes fossiles ont été trouvés dans le U.S.A. (Dakota du Sud et le Colorado), Canada (Alberta), la Belgique, la Nouvelle-Zélande, Israël, le Maroc, l’Angola, et aux Pays-Bas.

En 1998, un crâne fossile intact a été trouvé dans une carrière de calcaire de Maastricht (Pays-Bas). Peu après, il a été surnommé « Bèr », et a été mis en exposition dans le musée d’Histoire naturelle de Maastricht. Ce spécimen a ensuite été identifié comme un Prognathodon, et a reçu les nom d’espèce Prognathodon saturator.

Crâne fossile du reptile marin Prognathodon overtoni.

Crâne fossile du reptile marin Prognathodon overtoni.

Des paléontologues canadiens ont découvert en 2011 les squelettes fossiles complets de deux prédateurs marins géants, qui ont vécu au temps des dinosaures.

Les restes fossiles de deux Prognathodon ont été retrouvés non loin d’une rivière, la Lethbridge, dans le sud de l’Alberta (une état du Canada).

Il y a environ 74 millions d’années, cette région était le fond d’une mer.

Selon les paléontologues (scientifiques étudiant les fossiles), il s’agit de la première fois qu’un squelette de ce prédateur marin est retrouvé presque en entier, ce qui leur permet de mieux reconstituer son apparence.

Crâne fossile du reptile marin Prognathodon.

Crâne fossile du reptile marin Prognathodon.

Le Prognathodon avait une grosse tête et des nageoires, ainsi qu’un corps plus petit que ce que croyaient d’abord les scientifiques.

L’estomac fossilisé de l’un des animaux contenait des restes de son dernier repas : une tortue de mer, des poissons et peut être un céphalopode.

Fiche sur le reptile marin Prognathodon

Année et lieu de découverte : des fossiles ont été trouvés dès le XIXème siècle, notamment en Belgique et aux Pays-Bas.

Paléontologues : le genre a été décrit par Dollo en 1889.

Poids : plusieurs tonnes.

Longueur : environ 10 à 14 mètres.

Alimentation : carnivore.

Classification : famille des Mosasauridae.

Période géologique : fin du Crétacé.

Facebooktwitterpinterestmail

Des plumes de dinosaures fossiles trouvées au Canada

Des plumes de dinosaures et d’oiseaux assez bien conservées, et âgées de 80 millions d’années, ont été découvertes dans de la résine d’arbre fossilisée au Canada, dans la région du lac Grassy, selon une annonce de paléontologues canadiens en septembre 2011.

Ces plumes fossiles de dinosaures et d’oiseaux ont été fossilisées dans l’ambre.

Plumes de dinosaure dans l'ambre.

Plumes de dinosaure dans l’ambre.

L’ambre qui a piégé onze morceaux de plumes a permis d’en préserver les détails les plus petits, et même leur couleur. Ces plumes vont du noir au marron.

Le dinosaure Sinosauropteryx avait des plumes.

Le dinosaure Sinosauropteryx avait des plumes.

Une partie des plumes ont appartenu à des dinosaures non aviens (apparemment de petits théropodes, une famille de dinosaures carnivores), et une autre à des oiseaux très similaires à ceux actuelle, concluent les chercheurs de l’Université d’Alberta (ouest du Canada) dans leur article publié dans la revue américaine Science datée du 16 septembre.

Plume de dinosaure dans l'ambre âgée de 80 millions d'années.

Plume de dinosaure dans l’ambre âgée de 80 millions d’années.

La variété des plumes fossiles trouvées montre que différents stades dans l’évolution des plumes étaient déjà présents à fin du Crétacé. Et ces plumes avaient un ensemble de fonctions à la fois chez les dinosaures et les oiseaux de cette époque.

Hélas, aucun fossile de dinosaure ou d’oiseau directement lié à ces plumes conservées dans l’ambre n’a été découvert.

Facebooktwitterpinterestmail

Fossile : un nouvel ancêtre des mammifères

Un des plus anciens fossiles d’un ancêtre des mammifères a été trouvé dans le nord-est de la Chine (province de Liaoning).

Le fossile comporte un crâne, les os des pattes, des dents, et certains tissus mous comme des poils.

L’animal fossilisé a vécu à l’époque géologique nommé le Jurassique, il ressemble quelque peu à une musaraigne, et il a été nommé Juramaia sinensis. Ayant vécu il y a 160 millions d’années au Jurassique, cet animal aurait côtoyé les dinosaures.

Juramaia sinensis, un ancêtre des mammifères.

Juramaia sinensis, un ancêtre des mammifères.

L’étude par les paléontologues de ce fossile remarquablement conservé permet de mieux comprendre l’évolution des ancêtres des mammifères à placenta (Placentalia) dont fait parti l’Homme, tels qu’on les connaît aujourd’hui.

En effet, Juramaia sinensis est à ce jour le plus ancien fossile d’une créature qui nourrissait ses bébés à naître à l’aide d’un placenta.

En outre, cette découverte permet d’établir que les mammifères et les marsupiaux ont divergé dans leur évolution 35 millions d’années plus tôt que l’on ne le pensait jusqu’à présent.

Le fossile de Juramaia sinensis. Photo : BMNH.

Le fossile de Juramaia sinensis. Photo : BMNH.

L’article « A Jurassic eutherian mammal and divergence of marsupials and placentals » a été publié dans le magazine Nature.

Facebooktwitterpinterestmail

Chercheurs de dinosaures en Normandie

Chercheurs de dinosaures en Normandie est un livre du paléontologue Eric Buffetaut.

La recherche de dinosaures évoque le plus souvent des expéditions aventureuses en terres lointaines, dans les grands espaces de l’Ouest américain, du Sahara ou du désert de Gobi, que les prairies et les côtes de Normandie. Cependant, cette région de France est une de celles les plus riches en fossiles de dinosaures, et les recherches réalisées sur ces fossiles, depuis le XVIIIème siècle, ont parfois été des étapes importantes dans l’histoire de la paléontologie.

L’objectif de ce livre est de faire le récit des découvertes de fossiles de dinosaures en Normandie, et de présenter le portrait des paléontologues, professionnels ou amateurs, qui en furent les auteurs et en proposèrent des interprétations. On trouvera dans ce livre aussi bien Cuvier, le fondateur de la paléontologie des vertébrés, que d’éminents universitaires normands, un agriculteur enraciné dans son pays, ou encore un baron hongrois au destin tragique.

160 pages, 15 x 21 cm, 18 Euros.

Achetez ce livre via Amazon :

Les autres livres d’Eric Buffetaut :

Facebooktwitterpinterestmail